Tél. 06 70 11 75 58
Stopper de fumer Patrick Leger

Témoignages

Nathalie, 45 ans, Marseille

Je n’avais jamais arrêté de fumer avant il y a quelques mois, à part 48 heures, à la naissance de mon fils. Pour mes deux enfants, j’avais réduit ma consommation, mais je n’avais pas totalement stoppé la cigarette. Je reconnais que je suis une énorme fumeuse. Je fumais environ 1 paquet et demi de cigarettes par jour.

Il y a deux ans, j’ai été voir un médecin addictologue que j’ai consulté 3 fois. J’avais le sentiment que mon corps était fatigué et que c’était le tabac qui était en cause. Chaque hiver notamment, j’avais des bronchites. À vrai dire, je n’avais pas la volonté d’arrêter et j’y allais pour des conseils. Cela n’a donc pas suffi à ce moment-là pour arrêter. Ce qui m’a sérieusement motivé c’est que j’ai eu un problème cardiaque quelques mois plus tard.

Il y a 7 mois, je me suis retrouvée en soins intensifs en cardiologie. Une infirmière me dit alors que je suis la plus jeune patiente du service, qu’elle voit de plus en plus de femmes fumeuses qui meurent, non pas de cancer mais de problèmes cardio-vasculaires et que je n’étais donc pas à l’abri que ma vie s’arrête précocement. Cela m’a fait vraiment peur. J’ai fumé une demi-cigarette en sortant de l’hôpital en me disant que c’était ma dernière et j’ai tout arrêté. L’infirmière m’a prescrit des substituts nicotiniques pour m’aider à me sevrer et par la suite, mon cardiologue a renouvelé mes ordonnances. Au début, je me suis aidée des patchs pendant environ 1 mois, doublés de gommes à mâcher, que je continue encore aujourd’hui. Il se trouve que je traverse une période de grande anxiété en ce moment pour raisons familiales et que je ne suis pas prête à arrêter les gommes pour l’instant. Aujourd’hui cela fait 7 mois que j’ai arrêté la cigarette et cela me rend très fière. Une autre chose me rend fière, c’est que l’un de mes collègues a arrêté la cigarette il y a quelques semaines, et qu’il m’a confié que c’était d’avoir vu que j’avais réussi qui l’avait convaincu d’arrêter.

Rien n’a réussi à me démotiver, même le fait d’avoir pris beaucoup de poids, alors même que deux ans auparavant, quand j’avais consulté un addictologue, l’idée de prendre éventuellement du poids freinait mon désir de cesser la cigarette. Les deux premiers mois de sevrage, ma silhouette n’a pas changé, mais les 2 ou 3 mois qui ont suivi, j’ai pris 8 kilos. Le mois dernier, du fait de mes soucis familiaux, j’ai perdu l’appétit et j’en ai reperdu 3 sans y prêter attention.

Les moments les plus difficiles sont pour moi ceux où je suis en situation d’attente. Il y a également une cigarette qui me manque toujours beaucoup, c’est la dernière que je fumais avant de monter dans un train. L’autre type de situations difficiles est lié au fait que je ne peux plus boire plus de 2 ou 3 verres d’alcool sans avoir énormément envie de fumer. En outre, je ne peux pas mâcher mes gommes pendant que je bois, donc dans ces moments là précisément, je n’ai rien pour calmer mon besoin de nicotine. Chez moi, l’ivresse appelle violemment l’envie de fumer et cela devient une obsession qui dure jusqu’à 3 jours. Aujourd’hui encore rien n’est acquis et je reste une amoureuse inconditionnelle de la cigarette. Une des choses qui me permet de tenir, c’est que les deux premiers mois m’ont paru tellement difficiles que je ne suis pas prête à le revivre. Je note cependant que plus on avance, plus on reste fragile, et moins notre entourage nous soutient. Au début, j’étais très soutenue par ma famille et mes amis, mais pour eux désormais, c’est acquis. Quand j’ai fêté mes 6 mois d’arrêt, ils étaient contents pour moi bien sûr, mais au quotidien c’est devenu normal pour eux alors que pour moi cela reste un effort énorme. Pour leur faire mieux comprendre ce que je vis, je dis parfois que je suis une « ancienne alcoolique du tabac », car je suis persuadée qu’il suffirait que je prenne une bouffée de cigarette pour replonger. Cela fait rire les gens, mais ils cernent ainsi combien c’est difficile pour moi.

 

Stoppez la cigarette !

Récupérez le contrôle de votre santé
Prendre rendez-vous